De nature à faire la fête !

Quand la nature s’invite dans les grands rassemblements festifs, il se passe quelque chose qui sort de l’ordinaire. De carnavals en illuminations, petit tour d’horizon de ces événements à part.

C’est le plus grand de France et l’un des plus importants au monde, juste derrière ceux de Rio et Venise : le carnaval de Nice. Au sortir de l’hiver, à cheval entre février et mars, des centaines de milliers de spectateurs se donnent rendez-vous sur la côte d’azur. Et si le célèbre carnaval affiche son lot de confettis, l’une de ses principales particularités est d’organiser des batailles de fleurs. Chaque année, d’immenses chars ornés de milliers de pétales collés à la main convergent ainsi de la Promenade des Anglais jusqu’à la place Masséna. Des mannequins en costumes multicolores versent une pluie de fleurs sur le public ! Œillets, roses, glaïeuls, gerberas, mimosas, dalhias, entre autres variétés : de quoi assurer un spectacle unique au monde.

À la bougie

Le Château de Vaux-le-Vicomte, en Seine-et-Marne, n’est pas seulement le modèle qui a inspiré le Château de Versailles. Il est aussi le théâtre de soirées exceptionnelles, lorsque les beaux jours sont de retour. À la tombée de la nuit, on peut en effet s’y promener à la lueur de plus de 2 000 bougies, qui baignent tout le lieu d’une atmosphère incroyable. Des jardins aux salons, les visiteurs se sentent comme projetés dans le faste des soirées d’antan. On n’est pas loin de l’ambiance du chef d’œuvre de Stanley Kubrick, « Barry Lyndon ».

Habiller la nature
À Nice, on crée l’émerveillement à partir d’une matière première totalement naturelle. À Vaux-le-Vicomte, on plonge dans le passé en s’éclairant à la bougie. À Bayeux, on habille la nature. Au pied de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux se dresse en effet un platane bicentenaire. On le surnomme l’arbre de la Liberté. Eh bien l’été, une fois la nuit tombée, le majestueux platane devient le théâtre d’un spectacle lumineux à 360°, tout à fait unique en son genre. Plutôt que de projections lumineuses et colorées sur ce que la main de l’homme a construit, Bayeux a choisi de mettre en lumière ce que la nature a fait grandir. Le résultat célèbre la vie et la liberté, dans une ville d’histoire qui fut en effet la première à être libérée en 1944.